Rwanda: Paul Rusesabagina reconnu coupable de «terrorisme»

Sa vie est devenue un film. Il était aujourd’hui jugé pour terrorisme à Kigali. Le Rwandais Paul Rusesabagina, directeur de l’hôtel des Mille collines lors du génocide des Tutsis en 1994 dont la vie a inspiré le long métrage « Hôtel Rwanda », a été reconnu coupable de « terrorisme ». L’accusation a requis à son encontre la perpétuité.

 

Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard

 

Le verdict est en train d’être lu alors que Paul Rusesabagina n’est pas présent dans la salle d’audience, ses avocats rwandais non plus. Ce n’est pas une surprise, parce qu’ils boycottent les audiences depuis le mois de mars, estimant le procès non équitable.

Il est visé par neuf chefs d’accusation, tous liés à des faits de terrorisme, pour son incitation présumée dans des attaques qui ont eu lieu au Rwanda entre 2018 et 2019 et qui avaient fait 9 morts, selon les autorités.

Reconnu coupable de « terrorisme »

La juge Beatrice Mukamurenzi a, en tout cas, commencé à lire le long verdict et a rappelé les faits. Elle a pour l’instant reconnu Paul Rusesabagina d’être membre d’une organisation terroriste, estimant que sa plate-forme d’opposition en exil, le Mouvement rwandais pour un changement démocratique (MRCD), ne pouvait être séparé de sa branche armée, les Forces de libération nationales (FNL), le groupe qui avait revendiqué les attaques.

 

Le gérant de l’hôtel des Mille collines, lui, a toujours assuré que son rôle au sein de la plate-forme d’opposition était lié à la diplomatie. Si Paul Rusesabagina n’est pas là ce midi, ses 20 coaccusés dans cette affaire sont, quant à eux, présents dans la tenue rose des prisonniers rwandais. Parmi eux, deux anciens porte-parole du FLN : Callixte Nsabimana alias Sankara, qui a été reconnu coupable de négationnisme du génocide des Tutsis ce midi, et Herman Nsengimana.

Quitter la version mobile