Golfe 3 : très serein, le  Maire Kamal Adjayi répond au Conseiller ‘rebelle’ et rétablit la vérité

 

Depuis quelques jours, la toile est inondée par  des correspondances signées d’un certain  Ayéwou Sossou, Conseiller municipal à la Commune Golfe 3. Ces notes adressées au Maire de cette Commune mais aussi au Préfet du Golfe constituent, manifestement, la suite logique  d’une entreprise assez risible de destitution du Maire de cette Commune qui n’est autre que M.  Kamal Adjayi. Ce dernier, cible depuis un bon moment de manœuvres visant à le fragiliser, mais aussi et surtout, ternir son image et sa réputation, a enfin décidé de rétablir son honneur. C’est dans cette optique que, contrairement à ses détracteurs, il a répondu au courrier du Conseiller municipal pour rétablir la vérité des faits.

De la forme

Dans sa lettre réponse, le Maire Kamal Adjayi dans une démarche pédagogique empreinte de respect, a passé au scanner la correspondance du Conseiller municipal afin de relever les incongruités et incohérences tant sur le fond que sur la forme.

 

 

« Faisant suite à votre correspondance en date du 27 juin 2022, relative à l’introduction à l’ordre du jour du prochain conseil, d’une motion de destitution au motif de l’endettement de la Commune du Golfe 3 dont j’ai l’honneur d’administrer en qualité de Maire, je viens par la présente vous faire part de certaines dispositions de forme et de fond qui ne vous semblent pas évidentes. Parlant de la forme, vous nous adressez un courrier daté du 28 juin 2022 et réceptionné par nos services et ceux de la préfecture le 27 juin 2022. Et comme pour davantage relayer vos diffamations et ternir notre image, vous publiez sur les réseaux sociaux les décharges obtenues avant même que l’Autorité en charge du contrôle de légalité et moi-même ne prenions connaissance de vos courriers », a-t-il relevé sur la forme.

Le Maire Kamal Adjayi maitrisant à perfection son sujet, a expliqué avec précision les choses au conseiller Ayéwou Sossou qui s’emble s’embrouiller.

Du fond

« En ce qui concerne le fond, vous avez évoqué un supposé endettement de 663.924.507 F CFA ; Sur ce point, je voudrais tout d’abord vous rappeler que dans le cas de notre commune, il ne s’agit pas d’un endettement mais plutôt d’un déficit cumulé sur les deux dernières années d’exercice qui traduit un besoin de financement au regard de nos différentes prérogatives qui sont entre autre l’assainissement du cadre de vie, l’éclairage public, la construction des infrastructures et équipements… Je voudrais également vous relever le caractère institutionnel et résidentiel de notre Commune qui est quasiment dépourvue de ressources fiscales. C’est dans cette optique que l’Etat, en initiant la décentralisation, a anticipé le fait que les communes nouvellement créées, ne pouvant entièrement faire face dès ces premières années auxdites prérogatives, a instauré le principe de l’unicité de caisse dans les livres du Trésor Publique afin de mieux les accompagner », a expliqué le Maire Kamal Adjayi avant d’ajouter :

« Toutefois, malgré le contexte difficile, nous avons réussi par notre rigueur au travail et notre abnégation à augmenter sensiblement nos recettes tout en travaillant à réduire nos dépenses (cf comptes administratifs, exercices 2020 et 2021) tout en réalisant par la même occasion des projets innovants et de grandes envergures pour le bien de nos populations qui ont permis de rehausser l’image et la notoriété de la Commune et ce grâce à nos différents partenaires ».

 

« Monsieur le conseiller, vous avez évoqué l’article 135 de la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales comme base légale de votre démarche. En rappel, il ressort dudit article que la destitution ou la révocation du Maire ou, le cas échéant, d’un adjoint intervient dans le cas endettement de la Commune résultant d’un acte de mauvaise foi ou d’une faute de gestion. Au regard de ces dispositions, j’aimerais vous rappeler qu’il importe de rapporter la preuve de la mauvaise foi ou d’une faute de gestion. Comme tel, nous ne saurions l’inscrire à l’ordre du jour du prochain conseil à moins que vous ayez d’autres arguments à faire valoir et dans ce cas cela pourrait être pris en compte lors de l’adoption de  l’agenda de la session. Tout en comprenant que vous êtes dans votre rôle de conseiller municipal, je vous exhorte néanmoins au respect de l’institution dont vous êtes membre et à une meilleure appropriation des textes relatifs à la décentralisation », a conclu le Maire  Maire Kamal Adjayi qui reste serein.

Ce qui paraît curieux dans cette situation au niveau de la Commune Golfe 3, c’est que ce Conseiller Ayéwou Sossou a manifestement des comptes personnels à régler au Maire. Pour quelle raison, l’on ne saurait le dire pour l’instant. Mais ce qui est évident, c’est qu’il est à ce jour, le seul Conseiller dans tout le lot (18 Conseillers)  à faire montre d’une agitation, heureusement puérile pour l’instant. 

Quitter la version mobile